Le cinéma en commun

Ateliers autour du cinéma de Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval

par ,
le 15 décembre 2021

Durant la manifestation Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval, le cinéma en commun rassemblant films, vidéos, installations et photographies du couple de cinéastes au Centre Pompidou, deux groupes d’une quinzaine d’étudiants ont pris part, le temps d’une pleine semaine chacun, à des ateliers de réflexion et de création. Chaque atelier a commencé par l’expérience de la projection d’un ou de plusieurs films de Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval, suivie d’échanges, de questionnements, puis de tentatives pratiques (accrochages temporaires, fabrications micro-éditoriales, performances et lectures, entretiens, réalisations d’essais vidéographiques).

Certain.e.s connaissaient les films des cinéastes, d’autres les découvraient totalement. Les échanges collectifs se sont déroulés de plain-pied dans l’espace d’exposition, dans un salon ouvert à tou·te·s créé en son centre, à la jonction de deux installations filmiques, d’une installation photographique et d’une salle de cinéma temporaire diffusant en continu 15 essais vidéos de Klotz et Perceval. Les étudiant.e.s ont été accompagné.e.s par les enseignant.e.s, chercheurs.ses et écrivain.e.s Ludivine Bantigny, Robert Bonamy, Marie Cosnay, Jonathan Larcher et Christophe Triau.

Il s’est agi pour chaque groupe, dans un temps serré — deux à trois jours tout au plus —, d’esquisser des propositions, parfois instables, mais toujours attentives, qui n’ont eu de cesse de remettre à l’épreuve l’intitulé « le cinéma en commun », en essayant de resituer cette expression quand pointaient des incompréhensions ou, a contrario, lorsque naissaient de véritables enthousiasmes.

Restituer ces expériences, sans rien destituer de ces moments d’ateliers collectifs, dans leur pluralité, leurs énergies discrètes autant que leurs zones d’autonomie, n’est pas chose aisée. Les étudiant.e.s s’y sont pourtant intégralement investi.e.s, sous la forme de présentations publiques lors des projections, sur les murs de l’exposition et ici, à travers ces publications, devenant parties prenantes de la manifestation.

Débordements accueille ici quelques fragments écrits et visuels, dans différents registres : des textes (littéraires, réflexifs, fragments d’entretiens) avec des images (des photographies, des essais filmiques). Ces publications présentent ainsi quelques traces — nécessairement incomplètes et imparfaites — des temps de partage à partir des films découverts et des tentatives pratiques.

klotz-perceval-2.jpg

Avec la participation d’étudiant·e·s en master et doctorat des universités Sorbonne Nouvelle (études cinématographiques), Paris 8 Vincennes-Saint-Denis (création littéraire / études cinématographiques), Paris-Nanterre (études théâtrales / cinéma documentaire et anthropologie visuelle), Grenoble-Alpes (UMR 5316 Litt&Arts, études cinématographiques), de l’École nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy (Ensapc) et de l’École des hautes études en sciences sociales (Ehess).Du toucher : essai vidéo par Yufei Hu, à partir de Paria (2001). • Fragments d’une rencontre : avec Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval à propos des acteurs de Paria (2001). • Mata Recua & Carta à Mata : Travaux d’écriture littéraire à partir de Mata Atlantica (2016) de Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval. • Pour continuer: rencontre avec Elia et Jack, bénévoles à Calais, après la projection de L’Héroïque Lande. La frontière brûle (2017). • Dire et danser: essai vidéo-dansé avec Nous disons révolution (2021).